Le dimanche 26 Avril prochain, le peuple béninois se rendra aux urnes pour choisir ses représentants au parlement. Pour de nombreux candidats, la campagne pour les législatives a déjà commencé et bat activement son plein. Meeting, porte-à-porte, bus de campagne, affiches publicitaires, tout est mis en place pour recueillir les voix des citoyens. Du côté du partage des cartes d’électeurs, avec le cadeau de mon bon papa (qui a décrété la journée du lundi 20 avril, « Journée de la citoyenneté« , chômée et payée), ce n’est pas encore vraiment ça.

D’emblée, je dirai que beaucoup d’électeurs béninois auront du mal à exprimer leur droit de vote lors des élections qui auront lieu en fin de semaine. De nombreuses erreurs, commises sur les cartes d’électeurs (qui franchement en apparence, démontrent une fois de plus l’amateurisme des autorités béninoises), seront à la base de la non-autorisation d’accès aux centres de vote pour de nombreux citoyens. En effet, si je prends mon cas, je ne suis pas sûr de voter le 26 avril prochain. Pas que je n’en ai pas envie. Loin de là, j’aimerais bien accomplir mon devoir civique, et j’ai déjà une idée assez claire du parti politique auquel j’accorderai ma voix. Mais, je ne pourrais pas voter tout simplement parce que dans le fichier national des électeurs de mon cher pays le Bénin, je suis une femme. Je suis donc en train de me rapprocher du même scénario que de celui des élections présidentielles de 2011, où je n’ai pas pu voter pour la même raison. A l’instant où j’ai pris le fameux sésame (pas si précieux que ça en réalité), j’ai tout de suite procédé à la vérification des informations inscrites. Et c’était donc à ma grande surprise que j’ai constaté l’inscription ‘’Féminin‘’ devant mon sexe. Une petite analyse rapide de la situation, m’a conduit à conclure que c’est toujours avec la même ‘’fameuse‘’ Liste Electorale Permanente Informatisée (LEPI) que nous irons une fois de plus aux élections. La LEPI du K.O. Comme moi, ce sera le cas de nombreuses personnes, qui pour certains, en lieu et place du sexe qui sera interverti, ce seraient un prénom, un lieu de naissance, ou peut-être même ta nationalité qui seraient mal écrit.

Et pourtant de nombreuses commissions ont été mises en place pour corriger cette liste-là. Qu’ont-elles fait comme travail ces commissions ? Dans de nombreux lieux de retraits des cartes, beaucoup de personnes n’ont pas retrouvé leurs noms sur les listes d’émargement de retrait mais ont des cartes d’électeurs en leurs noms, d’autres par contre n’ont pas retrouvé leurs cartes malgré que leurs noms figurent sur cette liste électorale permanente informatisée, tant d’opportunités de fraudes électorales. Cela prouve encore une fois que le Bénin est un pays où le dilettantisme est le véritable mot d’ordre.

Quel développement pouvons-nous espérer dans de pareilles circonstances ?