Le football, comme vous le savez, est une religion dans le monde d’aujourd’hui. Ne me demandez pas qui en est le prophète, je ne saurais le dire, tellement ils sont nombreux. En Afrique, et surtout au Bénin, depuis notre plus jeune âge, nous pratiquons un football bien particulier. Si particulier, que l’idée de créer une fédération internationale du football de rue nous avait frôlé l’esprit. Oui, nous retrouvions entre nous, gamins, des Jay-Jay Okocha, des Zinedine Zidane, des Roger Milla,  et que sais-je encore…. Nous étions en effet, en quête de reconnaissance de cette manière de jouer, si descriptive de l’enfance africaine. Pour cela, nous avions décidé d’édifier à l’instar de la FIFA, les règles de notre football enfantin. Et ces règles, elles ne sont que treize. Laissez-moi vous les présenter.

1- Le gros est toujours le gardien. Car dans notre esprit d’enfant, plus tu parais gros, plus tu es apte à remplir le goal.

2- Le match se termine uniquement si tous les joueurs sont fatigués (sauf règle 6).

3- Peu importe le score, l’équipe le dernier but remporte le match.

4- Il n’y a pas d’arbitre. En fait, tout le monde est arbitre.

5- Il y a de faute que si la faute est grave.Pour siffler une faute, il suffit que deux à trois joueurs reconnaissent vraiment la faute, et le tour est joué.

6- Si le propriétaire du ballon se fâche, le match est terminé. (La plus importante de toutes les règles).

7- Les 2 meilleurs joueurs reconnus par tous ne peuvent pas jouer dans la même équipe. Ce sont donc d’office les capitaines des deux formations et alors, chacun choisit ses joueurs.

8- Si tu es choisi en dernier, c’est une humiliation (tu es donc le plus mauvais joueur).

9- S’il y a penalty, le gardien est remplacé par le meilleur joueur de l’équipe.

10- Quand le ballon sort des limites du jeu pour une destination lointaine, c’est le frappeur qui va chercher le ballon.(Il n’y a donc pas quelqu’un de préposé aux relances sur les touches).

11- Le meilleur joueur sur le terrain est toujours dans la même équipe que le propriétaire de la balle, sinon on arrête tout.

12- Pour débuter un match, on disait toujours « priiiiiiiii,que le match commence ! ».

13- Pour distinguer les membres de chaque équipe, une équipe devrait jouer le torse nu.

Ah, quelle est loin derrière nous cette période de la vie ! Et pourtant, on se rappelle d’elle comme si c’était hier. Que ne donnerions-nous pas pour revivre ces moments de joies immenses ! Football enfantin, quand tu nous tiens !